lundi 18 avril 2016

Hommage aux 3 militaires morts pour la France au Mali : RDV sur le Pont Alexandre III mercredi 20 avril à 9h15

Appartenant au 511ème Régiment du train d’Auxonne, le soldat de 1ère classe Mickaël POO-SING, le maréchal des logis Damien NOBLET et le brigadier Michaël CHAUWIN sont morts pour la France le 12 avril 2016 dans l’accomplissement de leur mission au sein de l’opération Barkhane.

 
Une cérémonie militaire réservée à la famille et aux proches aura lieu le mercredi 20 avril. Auparavant, le cortège funèbre passera sur le pont Alexandre III (Paris) entre 09h15 et 09h30, où nous sommes tous invités à manifester notre hommage par une présence digne et silencieuse.
  
Et pour tous ceux qui ne pourraient être sur Paris, à chacun de leur rendre hommage, d'une manière à déterminer par chacun, respectant les mêmes principes que ceux qui guident l'hommage à Paris : aucune récupération politique, une présence digne, silencieuse et fraternelle.

jeudi 31 mars 2016

Chasse aux experts - Une problématique qui passe à côté de l'essentiel : la critique seule ne suffit pas !

La chasse aux experts en XXX (ajouter le qualificatif de votre choix : terrorisme - sécurité - renseignement - zones à risques - questions de défense - autres champs complexes nécessitant des savoirs et/ou des connaissances pour donner du sens - comprendre - agir - réagir - j’en passe) est bien ouverte. Elle serait même tendance, au point que les experts en experts pourraient apparaître.

De manière quasi schizophrénique, il s’agit, tout en dénonçant le peu de sérénité dans le débat public français et les crispations, réelles ou supposées, de notre société, de lancer des anathèmes, souvent définitifs, en classifiant, selon des critères généralement obscurs, les "bons"  et les "mauvais" experts. Quand il n’y a pas de globalisation, sans prise en compte de la diversité des parcours, sur le thème "les experts sont tous mauvais (mais, par contre, moi j'ai la lumière…)". 

Allégorie...
Il s’agit alors de s’attaquer à la titraille (dont ces experts sont flanqués et dont ils ne sont, d'ailleurs, pas toujours responsables, car désignés d'office... #vismavie), de manière souvent superficielle, fouiller les parcours des intéressés, souligner leur sur-représentation médiatique, mais, hélas, plus rarement, de s’intéresser au contenu délivré (relever leurs erreurs, en les contextualisant...) ou s’intéresser au pourquoi de leur existence. A titre d’illustration, un éditorial de Libération est symptomatique avec plusieurs paragraphes de digressions sur le phénomène quand le point plus important, à nos yeux, tient en 3 lignes, qui plus est en note de bas de page : l’existence d’autres experts, moins connus que ceux mis plus ou moins justement au pilori, qu'il serait pertinent de convoquer. Point.

Heureusement, certaines analyses commencent à se pencher plus en profondeur sur le sujet (cf. ici et ici, et ailleurs...), analysant de quoi ces experts sont les symptômes, comment se préserver de certaines erreurs, tout en ne baissant pas les bras pour à la fois pointer les erreurs (parfois nombreuses) et engager le débat de fond. D’une certaine façon, il s’agit pour ces analyses d’éviter de plonger à leur tour dans les travers dénoncés : la superficialité de la forme sans aborder en profondeur le fond. En quelque sorte : ne pas préférer la facilité des anathèmes à l’exigeant débat d’idées…

jeudi 24 mars 2016

Entretien – La réforme du secteur de la sécurité (RSS) à l’ivoirienne (Aline Leboeuf)

Aline Leboeuf, docteur en sciences politiques et chercheur à l’IFRI, est l’auteur d’une récente étude sur la réforme du secteur de la sécurité (RSS) à l’ivoirienne. Elle avait déjà répondu à nos questions sur « Toutes les réformes du secteur de sécurité sont-elles des échecs ? », et ce nouvel entretien publié en-dessous permet cette fois-ci d’approcher ces problématiques avec un cas concret.
 
1/ En Côte-d’Ivoire, qu’est ce qui caractérise l’approche « par le haut » de la RSS depuis la crise électorale de 2011 ?
 
Le Président Ouattara, élu en 2010 et réélu en 2015, a fermement voulu et soutenu la réforme du secteur de sécurité, qui est mise en place par un organisme qui ressemble au National Security Council américain, le Conseil National de Sécurité. Ce CNS est composé à la fois de ministres et des responsables des organisations du secteur de sécurité. Grâce à son secrétariat et à des points focaux dans les administrations concernées, il pousse les réformes décidées dans le cadre d’une stratégie nationale de sécurité. 
La Côte d’Ivoire bénéficie bien entendu du soutien des Nations Unies et des bailleurs de fond, comme la France ou les Etats-Unis, mais l’appropriation du processus par le haut est réel.
Des efforts ont été fait pour élargir la prise en charge du processus de RSS « par le bas », par la société civile, les médias, le Parlement et les collectivités locales, mais ces efforts sont plus du domaine de la communication du haut vers le bas qu’un véritable effort de mise en boucle et d’appropriation « par le bas ».

lundi 21 mars 2016

Lecture - A Madama, sur les traces de Leclerc (par le colonel Jordan)

Les premiers mois de l'opération Serval lancée en janvier 2013 au Mali commencent à être plus que couverts par les productions de tous types (livres, documentaires, etc.), plus ou moins critiques et couvrant un très grand nombre d'aspects. Par contre, les mois qui suivirent restent encore moins pourvus en récits d'acteurs ou en travaux d'historiens, bien que le recul nécessaire à l'analyse critique soit encore évidemment réduit.
 
 
Narrant des événements du printemps 2014 non encore couverts, ce n'est donc pas le moindre des avantages qu'apporte l'ouvrage "A Madama, sur les traces de Leclerc" (chez Nuvis), récit du, de facto, premier commandant de l'opération Barkhane, le alors lieutenant-colonel Jordan, aujourd'hui colonel. Avant donc que le nom de cette dune façonnée par le vent ne donne son nom à l'opération lancée en août 2014 selon cette-fois ci une approche régionale couvrant plusieurs pays. 
 
Au printemps 2014, l'opération Barkhane est une mission de reconnaissance sur 4.200 km depuis N'Djamena, capitale du Tchad, jusqu'au fort méhariste de Madama à l'extrême Nord du Niger (cf. photos) en passant par Faya-Largeau, Zouar et les contreforts du Tibesti. Un mois d'exécution, plusieurs semaines préalables de préparation, pour cette opération menée en partenariat avec des militaires tchadiens et nigériens, de la planification à l'exécution.
 

vendredi 18 mars 2016

Entretien - Les forces terrestres et les missions de réassurance en Europe (G. Lasconjarias)

Cet entretien avec Guillaume Lasconjarias, chercheur au Collège de Défense de l'OTAN (Rome) et auteur du récent Focus stratégique "Forces terrestres et réassurance : quelles options pour l'Alliance ?" (IFRI), a été réalisé en collaboration avec le blog Ultima Ratio.

 1/ Dans quelle cadre s’inscrit cette notion, un peu oubliée comme vous le montrez, de réassurance souvent employée ces derniers mois ? Quelle est sa part plus spécifiquement terrestre ?

Le choix du terme de réassurance me semble très connoté, à la fois historiquement et politiquement. Avant tout, ce qui m'a frappé, c'est la quasi-décalcomanie du terme anglais "reassurance". Cela porte une signification issue du monde des assurances, où un petit acteur se tourne vers un plus gros assureur pour être certain qu'il sera protégé. II porte aussi un sens positif, en ce qu'il garantit, qu'il appuie, qu'il entoure: il rassure aussi. Il est difficile de ne pas avoir cela à l'esprit quand on travaille sur ce thème.
 
 
Historiquement, et j'ai tenté de tracer l'archéologie de ce terme, la réassurance appartient au vocabulaire de la dissuasion; d'abord, et c'est un fait qu'on oublie, la réassurance est avant tout tournée vers un adversaire. On lui garantit qu'on ne fera rien, si lui-même ne fait pas le premier pas. Il s'agit donc d'une sorte de "gentleman's agreement", d'équilibre de la terreur et donc, on voit bien les liens avec la guerre froide et la dissuasion. Au fur et à mesure, la notion a glissé pour servir aussi une politique dirigée vers ses alliés, qui sont rassurés et certains d'être aidés en cas de besoin. Au sein de l'OTAN, c'est cette tendance qui se dessine, avec les discussions sur l'article 5 et l'importance retrouvée de la défense collective.
 
La part terrestre tient sans doute à ce que l'on sait tous: la détermination, in fine, et l'engagement politique, se font à terre. Je cite un texte de Fehrenbach sur la guerre de Corée qui n'a pas pris une ride et qui dit en substance que protéger un pays, lui permettre de se développer et de s'épanouir requiert avant tout des hommes capables de s'y battre et d'y mourir. Accessoirement, quand le patron des forces américaines en Europe, le général Breedlove, décide d'envoyer des parachutistes dans les pays potentiellement menacés par la Russie, il le fait parce qu'on change de niveau. La mort d'un seul soldat américain conduirait potentiellement à un engrenage que personne n'a réellement envie de tester. C'est autrement plus tangible que déplacer des bateaux et des avions, choses que l'on fait par ailleurs mais dont la portée symbolique est bien moins forte.
 

mardi 23 février 2016

Forces spéciales en Libye - De la circulation circulaire de l'information... (+MAJ)

Dans son court opuscule intitulé "Sur la télévision" (paru en 1996), le sociologue Pierre Bourdieu introduit, entre autres, le concept de "circulation circulaire de l'information" pour désigner (et dénoncer) le mécanisme de reprise par les médias du propos d'autres médias. Selon Pierre Bourdieu, cela conduit à une uniformisation de l'information. Une des causes est la logique de concurrence entre les médias : il faut absolument parler de ce dont les autres parlent, pour ne pas être accusé d'être passé à côté par son lectorat/audimat, même si nous n'en savons pas plus.


A Ouagadougou, il y a quelques semaines. 
Comment opérer discrètement et en sécurité dans un environnement saturé de technologies de l'information ?

C'est là où le bât blesse, puisque cela conduit le plus souvent, non pas à un enrichissement de l'information qu'il serait possible d'attendre (via une remise en contexte, un recoupage de l'information primaire, l'apport d'autres points de vue, etc.), mais bien à une uniformisation forte des contenus. De plus en plus au niveau transnational (les médias de différents pays se reprenant entre eux, la traduction étant une valeur ajoutée méritant en grande partie cette reprise), comme le pressentait déjà à l'époque Bourdieu.

Pour illustrer ce concept, et le critiquer, un exemple est aujourd'hui assez illustratif, bien qu'encore en cours d'évolution et de construction. Il s'agit de la présence censée être avérée de forces spéciales françaises en Libye. Cela s'inscrit dans le cadre plus large d'une quasi prophétie auto-réalisatrice, car s'il y avait des forces spéciales françaises en 2011, il ne peut qu'en avoir également aujourd'hui à la veille d'une nouvelle intervention, aux contours loin d'être bien définies et dont la représentation imaginaire se base en grande partie, et sans doute à tort, sur l'intervention passée.
 

mardi 16 février 2016

Retour d’expérience post-attentats - De l’art et de la manière d’évoluer (+MAJ)

Ils sont passés. Plusieurs fois même. Ils ont fait mal. Très mal même. Pour cela, ils ont profité d’une ou plusieurs failles. Presque plus personne ne le nie. A part certains irréductibles. Qui, pourtant, à raison, dans le même temps, tentent, de manière visible ou non, de réparer ces failles en évoluant, preuve a posteriori qu’elles existent.

D’ailleurs, reconnaître ces failles, connues ou non à ce jour des praticiens comme des autres, n’est en rien dénigrer le travail réalisé jusque-là, l’investissement hors normes de certains. Il est seulement la 1ère étape d’un processus cyclique d’adaptation (recueil, analyse, exploitation, diffusion, suivi, recueil…), pour le bien supérieur de tous. Comprendre n'est ni forcément excuser ou accuser.
 

Fondamentalement, il s’agit de s’adapter ou disparaître selon une approche toute darwinienne de l’évolution de nos sociétés, d’une manière générale, et, plus particulièrement, des sentinelles (acteurs de la sécurité et de la défense, entre autres) censées nous protéger lorsque les événements et les réponses dépassent les compétences strictes de chacun. Ne pas tout attendre d’eux (cf. le cas de la diffusion des gestes qui sauvent), mais ne pas rien en attendre.

Pour poursuivre sur cette évolutionnisme particulier, il s’agit de devenir les plus aptes à survivre dans cet environnement de dialectique des volontés (c’est-à-dire "une guerre"), plus subie et imposée que recherchée et non stricto sensu déclarée, entre deux parties (pour simplifier à l’extrême).

lundi 8 février 2016

Résilience - S'initier aux #gestesquisauvent en 2H top chrono : fait !

C'était court, mais c'était pas mal du tout en étant uniquement centré sur la finalité !
 
Suite au retour d'expérience post-attentats du 13 novembre 2015 [1], la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) avait lancé des initiations gratuites "aux gestes qui sauvent" il y a quelques semaines dans leur zone de compétences. Sous l'autorité des préfets, ces initiations ont été généralisées dans toute la France et ont débuté ce week-end.
 
 
A titre personnel (et vous m'excuserez pour cette introduction du "je" sur ce blog), j'ai donc suivi samedi matin (un peu tôt...) ces 2 heures (ou plutôt 3 heures en comptant notamment l'interruption due à la visite "sur le terrain" du préfet) d'initiation chez les sapeurs-pompiers de Versailles (SDIS 78), lieu le plus proche de là où j'habite. Pour trouver le vôtre, rendez-vous sur le site de votre préfecture (cf. l'exemple du 78).
 

mercredi 23 décembre 2015

Rétrospective 2015, ainsi qu'un joyeux (et saint) Noël (un peu en avance...)

Avec un peu d'avance, un très joyeux (et également saint) Noël à vous tous.
Une pensée très particulière pour tous ceux qui seront, au loin ou au près, et pour nous, loin de chez eux en ces moments particuliers.
Nous ne les oublions pas, ni eux, ni leurs proches.
#FiersDeNosSoldats
 
 
2015 se termine. Une année particulière, l'Histoire devrait sans doute le confirmer, qui sans avoir marqué de ruptures sera celle de plusieurs évolutions.Plus que jamais, pour "faire face", il semble nécessaire de penser pour comprendre et surtout, cela est plus qu'un impératif, de proposer (nous y reviendrons en tout début d'année). A son très humble niveau, ce blog entend participer à ces réflexions et propositions, ici et également sur les comptes liés sur Twitter ou sur Facebook. N'hésitez pas à rejoindre les discussions.
 
Malgré un rythme moins régulier (la paternité, toussa toussa...) que par le passé, une trentaine d'articles ont été rédigés durant l'année, dont voici ceux que vous avez le plus apprécié (et dont la relecture, plusieurs mois après leur rédaction, nécessite une bonne dose d'humilité...) :
 
1/ Irak - Qui sont les nouveaux élèves et frères d'armes des militaires français (et la partie 2) pour découvrir la mission, encore peu connue, des Français formant actuellement en Irak des militaires irakiens. Les articles les plus lus cette année, de loin, qui devraient être mis à jour (déjà en partie ici).
 
2/ Lecture - Paroles de soldats - Les Français en guerre (1983 - 2015), sur un recueil de témoignages, certains extrêmement forts, qui permet de découvrir plusieurs facettes des dernières opérations, rappelant également le rôle des conjoint(e)s aux côtés de nos militaires.
 
3/ Comment les armées innovent ? L'exemple de la motorisation après la 1ère Guerre mondiale, entretien avec Candice Menat, pour découvrir les processus d'innovation au sein des armées britanniques, françaises et allemandes quant à l'introduction du char.
 
4/ Bingo (à peine imaginaire) - Lutte contre le terrorisme en France, pour enfin tout comprendre, et anticiper, les réaction françaises suite à des attaques terroristes. Bingo rédigé il y a 3 lois anti-terroristes de cela, mais toujours d'actualité...
 
5/ Syrie - Décryptage : des avions qui volent, plus qu'ils ne tirent ?, avec l'incontournable Defens'Aero, pour, notamment, mesurer les évolutions récentes concernant le récit officiel des opérations menées en Syrie (une année très com', cf. également ici).
 
5/ Gestion de crise 2.0 - pour que des leçons apprises soient maintenant retenues..., pour que les outils à notre disposition, ici les médias sociaux, permettent de mieux réagir aux prochaines situations d'urgence que nous serons appelés à connaître.
 
Pour ceux qui souhaiteraient redécouvrir ceux de l'année dernière, c'est par ici : notamment sur l'intérêt d'envoyer des hélicoptères de combat en Irak (débat toujours ouvert), comment mener la remontée en puissance (depuis lors décidée), de la stratégie des moyens autour du système FELIN et du VAB Ultima, etc.

lundi 30 novembre 2015

Hommage au sergent-chef Guarato : sur le Pont Alexandre III le 03/12 à 09h50, et aussi par d'autres manières pour les autres...

Appartenant au CPA 10 (Orléans), le sergent-chef Alexis Guarato, militaire particulièrement chevronné (cf. bio), est mort pour la France (la demande de mention étant en cours de validation) le 26 novembre des suites de ses blessures reçues au combat.
 
 
Avant une cérémonie d'honneurs militaires entourée de ses frères d'armes à l'Hôtel national des Invalides, son cortège funèbre passera sur le pont Alexandre III (Paris) à 09h50 le jeudi 3 décembre.
 
Comme il est d'usage en pareille occasion, nous sommes tous invités à lui manifester notre hommage par une présence digne et silencieuse. Une occasion, notamment, de ne pas remettre au placard nos drapeaux français...
 
L'état d'urgence ne devrait pas (à 1ère vue) entraîner l'interdiction de ce rassemblement sur la voie publique, tout comme les consignes de sécurité sur le non-port de l'uniforme en région parisienne ne devant pas concerner cet évènement.
 
De plus...

Afin de pouvoir associer le plus grand nombre à cet hommage, notamment ceux qui sont loin de Paris (et ils sont nombreux...), il est possible, entre autres exemples, de se rendre le même jour devant le monument aux morts de votre commune pour un instant de recueillement, de demander au maire de votre commune de placer les drapeaux en berne ou encore de laisser, au moins, jusqu'à ce jour votre drapeau français à votre domicile.

Pour montrer publiquement notre solidarité et notre hommage, nous vous invitons à diffuser une photo de ce monument aux morts ou d'un drapeau français pris en photo sur un monument public ou à votre domicile sur les réseaux sociaux.
 
Cette photo pourra être accompagnée de la mention "Hommage aux morts pour la France" ou "Nous ne les oublions pas", associée au hastag #MPLF pour "Mort pour la France".

Nous ne l'oublions pas, ni lui, ni ses proches, ni ses frères d'armes, notamment ceux blessés lors du même incident.

NB : Il s'agit de respecter lors de cette démarche d'hommage décentralisé, non proposé officiellement mais pensé pour associer le plus grand nombre, le même principe que celui qui guide l'hommage à Paris : aucune récupération politique, et une présence digne, silencieuse et fraternelle.

vendredi 27 novembre 2015

Lecture - "Le RAID, 30 ans d'interventions" (Jean-Marc Tanguy)

Pourquoi est-ce le RAID qui intervient dans ce cas là, et non le GIGN ?
Que font les chiens, comme Diesel, au sein de cette unité ?
Y a-t-il des femmes au sein du RAID ? Pourquoi sont-elles moins nombreuses qu'avant ?
Pourquoi le RAID est-il déjà intervenu à l'étranger lors de prises d'otage ?
Quelles sont les relations du RAID avec les unités des forces spéciales françaises ?
 
  
Ces derniers jours, et sans doute, hélas, encore demain, les femmes et les hommes du RAID ont été et devraient être sous les projecteurs des médias. Avec ces opérations à haute visibilité, parties émergées de leur quotidien, des questions récurrentes sont posées par chacun d'entre nous, trouvant des réponses souvent plus ou moins précises, quand elles ne trouvent pas des débuts de réponses via de "sacrés mythos"...
 
Venant raconter 30 ans d'opérations, des premières opérations jusqu'à l'assaut de l'Hyper-Casher en janvier dernier en passant par l'assaut face au gang de Roubaix ou l'arrestation d'Yvan Colonna, le journaliste Jean-Marc Tanguy quitte dans cet ouvrage le ton grognon que nous lui connaissons parfois, pour prendre un style très didactique afin de faire toucher du doigt au lecteur ce qu'est le système RAID.
 
 
En plus des illustrations prises en entraînement ou en opérations, soit par l'auteur ou issues des archives, faisant bien de cet ouvrage un vrai "beau livre", l'auteur nous emmène également au cœur de la machine humaine qu'est le RAID via des portraits de quelques unes des figures de l'unité, les connues, ou les plus discrètes. Les amateurs de détails techniques y trouveront aussi en grande partie leur compte : armes, véhicules, organisation, drones, etc.
 
Un ouvrage, oscillant entre encyclopédie, livre d'histoire et album illustré, a ne pas faire traîner dans un coin poussiéreux, mais bien à garder sous le coude pour s'y rapporter dès que nécessaire.
 
PS : en complément, ne pas hésiter à écouter l'entretien avec Jean-Michel Fauvergue, patron du RAID. 35 minutes qui présentent brillamment les grands enjeux d'aujourd'hui et de demain. Plus que chaudement recommandé.

mercredi 25 novembre 2015

Attentats du 13 novembre - La France a plus à perdre qu'à gagner de demander l'activation de l'article 5

Par Thibault Lamidel (Le Fauteuil de Colbert) et Florent de Saint Victor (Mars Attaque).
 
Contrairement à ce que certains préconisent (cf. notamment ici), la France ne doit pas demander suite aux attentats du 13 novembre l’activation de l’article 5 du traité de Washington, cette garantie de la défense collective de l’Alliance atlantique.
 

Camouflet politique certain vis-à-vis de l’Alliance, le Président de la République mandatait, le 16 novembre devant le Parlement réuni en Congrès, le ministre de la Défense pour recourir à l'article 42-7 du Traité sur l'Union européenne, non à cet article 5.
 
Il stipule que : "Au cas où un État membre serait l'objet d'une agression armée sur son territoire, les autres États membres lui doivent aide et assistance par tous les moyens en leur pouvoir, conformément à l'article 51 de la charte des Nations unies. Cela n'affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres. Les engagements et la coopération dans ce domaine demeurent conformes aux engagements souscrits au sein de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, qui reste, pour les États qui en sont membres, le fondement de leur défense collective et l'instance de sa mise en œuvre".
 

lundi 16 novembre 2015

Gestion de crise 2.0 - Pour que des leçons apprises soient maintenant retenues… (+MAJ)

Quelques réflexions personnelles, très critiquables donc, d’un spectateur engagé (et français) ayant suivi ces tristes événements avec une "certaine distance", puisque via les médias sociaux et traditionnels (TVs notamment). Sur un des volets, plutôt pratique et parmi bien d'autres, de la réponse à ces évènements.

Déjà hier, et encore plus aujourd’hui et demain, il est plus que nécessaire de réfléchir (quitte à être contredit), proposer et agir, pour la résilience individuelle, familiale, professionnelle et collective. Selon nos responsabilités respectives, il n’est en effet plus possible de seulement constater (ou alerter). 
 
 
Ce préalable étant posé…

Brève chronologie commentée

21h20 : première explosion aux environs du Stade de France (cf. une chronologie ici).

21h25 : premières fusillades dans Paris intra-muros.

23h38 : premiers messages sur le compte Twitter de la Préfecture de Police (plus de 220.000 abonnés) : "Suite à plusieurs événements graves la préfecture de police recommande dans les prochaines heures / A ceux qui se trouvent à domicile, chez des proches ou dans des locaux professionnels en IDF d’éviter de sortir sauf nécessité absolue / aux établissements recevant du public, de renforcer la surveillance des entrées et d’accueillir ceux qui en auraient besoin / d’interrompre les manifestations ou évènement en cours en extérieur".
 
 

mardi 10 novembre 2015

Comment en 1915 un bouchon de champagne peut sauver une vie - Hugues Colonna de Giovellina (1888-1965)

Certains combattants de la Première Guerre mondiale n’étaient ni maréchaux, ni nettoyeurs de tranchées ou encore même ni originaires des colonies. Ils n’étaient pas non plus parmi les fusillés pour l’exemple, as de l’aviation ou footballeurs d’un soir lors d’une trêve à Noël. Hors de ces figures très symboliques, d’autres combattants plus ordinaires ont eux-aussi été plongés dans ces situations extraordinaires de ce bien tumultueux 20ème siècle.

C’est le cas d’un de mes arrière-grand-pères maternels, Hugues Colonna de Giovellina.


Meknés (Maroc) - Au 3ème régiment de Spahis marocain (1929-1932)
Fonds privés

Son bref (et incomplet) portrait qui suit répond à un besoin, en partie personnel, sans doute amplifié par ces années de Centenaire de la Première guerre mondiale, de comprendre, ou d’au moins connaître. Mais il se veut aussi une illustration des possibilités de plus en plus faciles de retracer ces parcours, en s’appuyant sur les différentes sources (cf. ici) : archives militaires, départementales ou judicaires, photographies, entretiens oraux, presse de l’époque...

Fils de général des Troupes coloniales

Hugues Colonna est né le 7 novembre 1888 non loin d’Angers. Sa mère, Marceline Gibon, est quant à elle fille d’un général tué à Woippy (Moselle) en octobre 1870 après avoir chargé à la tête de ses troupes. Son père, Lucien Colonna, est alors commandant au 1er régiment d’Infanterie de Marine basé à Cherbourg, mais déployé dans les colonies en Asie. Accepté à l’école spéciale militaire de Saint Cyr (Yvelines) quelques mois après le déclenchement de la guerre franco-prussienne de 1870, il y avait suivi une instruction rapide, raccourcie faute d’instructeurs. Après une première partie de carrière, plutôt monotone, au sein du 16ème régiment d’Infanterie de ligne, ponctuée de quelques déploiements intérieurs notamment lors des derniers soubresauts de la Commune de Lyon en 1871, il demande à être affecté aux Troupes coloniales en 1882.

Il débute alors un cycle intense de déploiements, en Asie, à Madagascar, à la Réunion et en Afrique équatoriale française (AEF) participant à plusieurs "colonnes" (mode tactique de l’époque pour la pacification) au Tonkin, Annam, Soudan, Sénégal, etc. Il finira sa carrière comme général de brigade au poste de Commandant supérieur des troupes de l’AEF, nommé en 1914 par Joseph Gallieni, alors président du Comité consultatif de défense des colonies. Consultable auprès du Service Historique de la Défense (SHD), son dossier militaire est celui d’un officier colonial de l’époque, où sont répertoriées, par exemple, des décorations aujourd’hui peu courantes comme celle de Grand officier de l’ordre du Dragon de l’Annam.

Turbulent engagé dans un régiment de Dragons

Mon arrière-grand-père passe sa jeunesse en partie hors de Métropole (notamment à Hanoi) souvent loin d’un père parti lors de longs séjours. Plutôt doué pour le dessin, il souhaite, selon la consultation des lettres échangées avec son père, se préparer à une carrière d’architecte. Il débute en tout cas en septembre 1907 une année en classes préparatoires au lycée Saint Louis (Paris). Finalement, il choisit une tout autre voie, plutôt en rupture avec les directives familiales, et s’engage pour 5 ans en novembre 1908 au 24ème régiment de Dragons basé à Dinan, sans tenter le concours d’officier, n’étant pas certain d’intégrer la Cavalerie, arme très prisée et demandant donc d’être bien classé à la sortie de Saint Cyr.

Aux convocations chez le proviseur au cours des années scolaires (dont une pour "malaxage de surveillant"), succèdent une longue collection de "jours d’arrêts simples" ou de "consignes au quartier", en plus de la copie répétée de l’adage, toujours su par cœur 40 après, du Règlement de discipline générale : "La discipline faisant la force principale des armées, il importe que tout supérieur…". Son livret d’homme de troupe (consultable après demande de dérogation), est assez illustratif avec, en moyenne, plus de 100 jours de salle et de police ou jours au quartier par an de 1908 à 1913. 1911 est une année record avec 211 jours de punitions. Grimpant pourtant en grade (brigadier, maréchal des logis), il est nommé aspirant en août 1913, et rejoint l’Ecole de Cavalerie (Saumur) dont il sort… 94ème sur 95.

Un cavalier devenu temporairement fantassin

Au déclenchement de la 1ère Guerre mondiale, il est sous-lieutenant au 18ème régiment de Dragons à Dôle (Jura). Il sera un des premiers officiers à qui il sera accordé de changer d’arme pour servir au sein de l’infanterie, au 90ème régiment d’Infanterie, comme lieutenant à titre provisoire. Comme le montre son dossier militaire, il est aussitôt engagé sur le front de la Marne. Peu apprécié de son colonel (un proche parent de Jean Jaurès, qu’il décrit dans ses lettres, contrarié par l’arrivée de ce cavalier, de surcroit d’un bord politique opposé au sien), il est d’abord rattaché à l’état-major régimentaire en charge de dessiner des croquis panoramiques (toujours ses compétences pour le dessin…) afin d’établir les plans de feux, lors d’opérations dans la région de Nancy et Sedan, puis dans la Meuse et l’Aisne.

Déplacé en octobre dans la région d’Ypres (Belgique) dans le cadre de « la course à la mer » vers la Mer du Nord, une fois le front stabilisé plus à l’Est, il reçoit le commandement d’une section, notamment suite aux nombreuses pertes subies par son régiment (environ 45% de ses effectifs environ en 3 mois). Après-guerre, il racontera à son fils, les conditions plutôt difficiles de cette période, qui obligent à se terrer derrière des betteraves plutôt que dans des trous gorgés d’eau. En novembre, il gagne une première citation à l’ordre du 9ème corps d’armée suite à une opération s’étant terminé par une charge à la baïonnette.

Un bouchon de champagne peut sauver une vie

Fin décembre, les lignes françaises sont plusieurs fois enfoncées après de violents combats au corps-à-corps. Echappant jusque-là aux blessures malgré plusieurs face-à-face avec des combattants allemands, il est finalement blessé "à son poste de commandement dans la tranchée" le 2 janvier, avec "une plaie du séton antéro-postérieur de la région thoracique droite par balle". Pour simplifier, son poumon est transpercé de part en part. Il racontera que ses camarades n’ont rien trouvé d’autres pour arrêter l’hémorragie qu’un bouchon de champagne, reste des festivités de la veille.

Après avoir été jugé intransportable, car trop faible suite à une inflammation de la membrane entourant le poumon, il est finalement évacué vers l’hôpital de Dunkerque, puis vers celui de Versailles, où sa mère, engagée à la Croix Rouge, a réussi à le faire venir. Son fils, mon grand-père, rapportera que son supérieur, le général Dubois (à la tête du 9ème corps d’armée), allant le décorer à l’hôpital de la Légion d’honneur dans la semaine suivant sa blessure, déclarera à la cantonade "Dans la Cavalerie, ils ont tous comme lui !". Il retournera d’ailleurs dans cette arme, non plus à cheval mais motorisée.

Au sein des automitrailleuses des cavaliers et… des marins

Se remettant d’abord au Centre d’enseignement et de conception des automitrailleuses, organisme dans la région de Versailles (Yvelines) dont peu de traces sont disponibles après quelques recherches, Hugues Colonna regagne ensuite le front, notamment au sein du 3ème puis du 14ème GAMAC (groupe d’automitrailleuses et d’autocanons). Ce sont des unités particulières puisque mixtes et composées de cavaliers et de marins, ces derniers étant engagés (au moins jusqu’en février 1916), notamment pour leurs compétences sur les canons de 37mm installés sur ces premières automitrailleuses. L’été 1915 est d’ailleurs celui d’une relative effervescence technologique dans le domaine (cf. pour le cadre général). Comme lieutenant, il change plusieurs fois d’affectations, notamment au 27ème régiment de Dragons ou au 24ème bataillon de Chasseurs alpins, employé tour à tour par la 6ème, la 8ème ou la 2ème division de cavalerie.

Pour connaître son activité jusqu’à janvier 1917 (alors que son dossier militaires est plutôt laconique sur les événements), il est possible de se référer à un ouvrage rédigé en 1918 par un des officiers commandant aussi au sein de son unité, Mémoire d’un engagé volontaire (numérisé par Google) de Jean-Baptiste Binet-Valmer (futur combattant dans les chars, et homme politique après guerre). Il est possible de recouper les faits avec les Journaux de marches et d’opérations (JMO) décrivant les mouvements, avec plus ou moins de détails et de fidélité, de chacune des unités (disponibles en ligne).

Ainsi, nous y apprenons que son unité est peu de fois utilisée avec ces automitrailleuses (garées sous bâche dans une grange à Maixe (Lorraine) proche de la ligne de front), en-dehors d’un mouvement de mise en alerte lors de la bataille de la Somme ou de rares opérations où il amène ses automitrailleuses au plus près du front pour tirer quelques coups (comme à Bauzemont en Lorraine). Plus souvent, ils servent des mitrailleuses du modèle Saint Etienne (décrites comme plus sensibles que celles de marque Hotchkiss), bientôt décrites sur une base de données dédiée, utilisées en point fixe pour appuyer les mouvements des fantassins. Dans l’ouvrage est également décrit une scène de trêve tacite locale suite à des pluies diluviennes ayant inondées les tranchées, où Français et Allemands sortent pour écoper sans que les uns ou les autres ne se tirent dessus.

Après avoir reçu dans son unité en 1917 la visite dans les Vosges du "général en chef des armées françaises" Philippe Pétain le félicitant pour "la bonne tenue" de son unité, il rejoindra plus tard à pieds (sans ses véhicules) la Somme pour les dernières offensives d’aout 1918, finissant la guerre entre Cambrai et Valenciennes. Sur les 6 derniers mois, il reçoit 5 citations à l’ordre de la 66ème division d’Infanterie ou du 30ème corps d’Armée, dont certaines pour des actions offensives lors du franchissement du canal de la Sambre ou l’appui "bien coordonné" de percées sur des dizaines de kilométrés.


Portrait peint au 24ème bataillon de Chasseurs alpins (1917 - 1918)
Fonds privés

De l’occupation de la Ruhr…

A la sortie de la guerre, et après quelques mois au 3ème régiment de Hussards, Hugues Colonna est déployé à Mayence (Allemagne) de 1919 à 1921 au sein du 6ème régiment de Cuirassiers puis au 14ème régiment de Chasseurs. Il se marie durant cette période, avec Germaine de la Guillonière, une veuve de guerre dont le premier mari avait été tué dans les tous premiers jours de la guerre. Plus exactement, le 8 septembre 1914 du côté de Fère-Champenoise (Marne) avec le 66ème régiment d’Infanterie, comme le rapporte la base librement consultable des Morts pour la France de Mémoire des Hommes.

Durant ces années dans la Ruhr, Hugues Colonna est fait officier de la Légion d’honneur en 1920 pour ses actions durant la dernière année de la Guerre. Il rejoint ensuite pour le cours des capitaines l’Ecole d’application de la cavalerie de Saumur où il se trouve bien éloigné, selon ses propos, des jeunes lieutenants, de 5 à 10 ans plus jeunes que lui, ayant pour l’immense majorité peu ou pas connue la guerre. A la sortie, il retourne au 24ème régiment de Dragons (Dinan) pour y diriger tour à tour 4 escadrons différents, retrouvant la tranquillité d’une vie provinciale de garnison. Son seul fils, Hugues-Elie, mon grand-père, y naitra en 1925.

… à la démobilisation de 1940, en passant par le Maroc

Par lassitude de cette vie de garnison, il se propose pour le Maroc, qu’il rejoint en janvier 1929 à la tête d’un escadron du 3ème régiment de Spahis marocains, découvrant une nouvelle subdivision de l’arme de la cavalerie. Avec les Dragons, les Hussards, les Cuirassiers, les Chasseurs, il les aura donc quasiment toutes connues. Il rentre peu en Métropole (son fils ne le voyant qu’une fois en 3 ans), et ne peut faire venir en 3 ans que 2 fois son épouse durant 2 mois. Stationné avec son escadron notamment à Bou-Denib (région de Meknès), il participe à quelques-unes des opérations de pacification de l’époque dans le Grand-Atlas, notamment face aux continuités de l’insurrection menée par Abd El Krim, les combats de Tarda en septembre 1930 ou à la frontière algéro-marocaine. Les informations sur la période dans son dossier militaire sont plutôt laconiques, et mériteraient d’être complétées, notamment en recroisant les informations des JMO de l’époque. Il existe, pour le moment, encore moins de bases de données que pour le premier conflit mondial (cf. par contre celle sur les décédés).


Au centre, avec le 1er escadron au 29ème régiment de Dragons (1932 - 1939)
Fonds privés

Il regagne la France en 1932 au sein du 29ème régiment de Dragons, avant de gagner le 7ème GRAC (groupe de reconnaissance des corps d’armées), à nouveau avec des automitrailleuses dont il est nommé commandant adjoint en septembre 1939. Là aussi, les informations disponibles sont très parcellaires, seules sont connues sa participation aux opérations d’aout 1939 à juin 1940, et sa dernière citation à l’ordre de la division par le général de la 18ème région, en août 1940, pour avoir réussi à s’évader. Il est finalement définitivement rayé des contrôles le 20 août 1940, gardant seulement rang d’officier de réserve comme chef d’escadrons. La lassitude post 1ère Guerre mondiale, certains drames familiaux avec la mort de proches, les évènements post-armistice et son caractère peu diplomate qui ressort de ses notations de ses supérieurs, le conduisent à mettre fin à sa carrière militaire.

Un (très) difficile après-guerre

Responsable bénévole de "La famille du Prisonnier" de l’Eure-et-Loir (il habite dorénavant Chartres), Hugues Colonna s’investit dans cette association rattachée au Secours national de soutien aux proches de prisonniers (formalités administratives, envoi de colis, accueil de prisonniers évadés, etc.). Comme ancien combattant, il est également nommé commandant adjoint de la défense passive, sa maison, en plus d’être réquisitionnée, servait d’abri anti-aérien pour 40 personnes. Les relations qu’il entretient avec les autorités, françaises ou allemandes, pour ces deux postes lui valent, notamment à partir de 1943, un certain nombre d’inimités, qui iront jusqu’à la réception de lettres de menaces émises par des groupes locaux de FTP (francs-tireurs-partisans), ou de trois, explicites, petits cercueils en bois… Alors qu’il refuse à l’été 1944, par lassitude, la proposition de prendre le commandement d’un régiment de Spahis ou de Tabors marocains, la maison de son frère est attaquée par des hommes en armes au nom de ses liens familiaux. Il décide alors de se présenter aux autorités pour tenter de régulariser cette situation devenue ingérable pour sa famille, pensant que cela ne serait que des formalités de vérifier l’absence de faits reprochables.

Il en est rien, et après 10 mois d’internement préventif, son procès, a lieu en juillet 1945 à Chartres. La consultation de la presse locale, comme le journal L’Indépendant d’Eure-et-Loir, permet d’avoir des éléments sur le climat de l’époque dans lequel se déroule ce procès. Il est finalement reconnu coupable de l’équivalent de "haute-trahison", notamment suite aux accusations portées par un ancien prisonnier, qu’il avait pourtant fait libérer, et que d’autres prisonniers eux-aussi libérés par ses soins, n’ont pas osé contredire. Il lui est notamment reproché un accord de principe, sans suite, qu’il aurait donné en mai 1944 à la Milice départementale, espérant faire ainsi cesser les menaces que subissait sa famille.

Sa peine est de 20 ans de travaux forcés et 10 ans d’indignité nationale, conduisant à l’interdiction de vote, au retrait du passeport, à la radiation de l’ordre de la Légion d’honneur, à la confiscation des biens, à l’interdiction du territoire, etc. Il est incarcéré dans différentes maisons d’arrêt à Blois en août 1945, puis Poissy (Yvelines), dans le camp de Noé près de Toulouse de très sinistre réputation, puis à Rouen. Déclaré "mort civilement" en 1946, il est finalement gracié en mars 1948 par le président Auriol, puis est amnistié en 1950. Il se refusera toujours à réclamer sa Légion d’honneur, plutôt désabusé, et il finira sa vie à Versailles, mourant le 15 févier 1965.

Ainé d’une famille où les 5 frères cumulent 18 citations

Au final, en tentant de dresser brièvement le profil de son entourage et de son enfance, il est difficile de voir en lui l’archétype d’un individu hors-sol où les événements de l’époque (1870, la 1ère Guerre mondiale, puis la Seconde) et les proches, notamment sa famille, n’ont aucune conséquence sur les choix faits, dans la continuité comme dans la rupture avec certains cadres. Ainsi, sur les 8 frères et sœurs de la famille, les 5 garçons seront tous officiers (dont l’un chez les fusiliers-marins).

Par exemple, Jacques, le troisième, ment sur son âge de plusieurs années pour pouvoir s’engager en 1915, dans des régiments d’artillerie puis au sein de la, plus pittoresque, 55ème compagnie automobile d’aérostiers. Le dernier, Jean, chef d’escadron, sera grièvement blessé en Syrie avec son unité d’automitrailleuses lors de combats à Soueïda durant "la révolte druze" en 1926, avant de l’être à nouveau en France en 1940. Il est souvent présenté comme, un des plus jeunes récipiendaires de la Légion d’honneur, son dossier n’étant malheureusement pas disponible pour le vérifier sur la base publique Léonore. Au final, Ils sont 4 à être soit chevalier soit officier de la Légion d’honneur, et cumule 18 citations à eux 5, principalement obtenues lors des deux conflits mondiaux.

Merci à M. pour le très précieux travail, notamment dans les archives.

NB : en cas de questions, de remarques ou de demandes de précisions, n’hésitez pas à le faire savoir en commentaires.

mercredi 4 novembre 2015

France - Le budget consacré à la dissuasion est-il un budget privilégié ? (Julien Malizard)

Dans un court article à consulter, Julien Malizard, chercheur à la chaire Economie de Défense (IHEDN), s'intéresse à la dissuasion française d'un point de vue économique (dans cette lettre [PDF] de la FRS), après plusieurs études également à lire notamment sur les effets macroéconomiques des dépenses de défense (traduire : leurs effets directs ou indirects sur la croissance économique).
 
 
Conscients des limites de la méthode de sciences économiques pour aborder pleinement un tel sujet, il prévient dans son préambule des difficultés persistantes des économistes à évaluer la valeur économique du service "défense" (et/ou "sécurité"). Il note néanmoins qu'une telle approche permet d'apporter des éléments de débats, notamment certaines vérités contre-intuitives.